Conseils & Astuces, Sport, Thaïlande

Où faire du running à Bangkok ?

C’est comment de faire du running à  Bangkok ? Est-ce qu’il y a des espaces verts pour courir dans cette mégapole asiatique ? Quelles salles de sport on y trouve ?

Ce sont ces questions que je me suis posée les premières semaines de mon installation à Bangkok. Après m’être familiarisée avec mon nouvel environnement professionnel, avoir trouvé un appart et tous les autres éléments pratico-pratiques qui vont de pair avec une installation à l’étranger, j’ai enfin pu reprendre une routine sportive. Enfin à peu de choses près qu’à Bangkok il fait 40 degrés et qu’on n’a pas autant de coins sympas pour courir.

 

Les parcs à Bangkok

Si comme moi, vous vous rendez pour la première fois en Thaïlande et vous allez tête baissée au parc un samedi matin à 10h, vous allez être surpris par une violente vague de chaleur. Vous savez, celle qui vous saisit les poumons et fait monter votre température corporelle à 280°C.

Les meilleures heures pour aller courir sont entre 5 et 6 heures du matin et une fois que le soleil s’est couché. Remarquez, je vois toujours quelques expats courir à 15h en pleine journée, et ça, ça m’étonnera toujours. Aussi, ça peut paraître évident mais toujours se munir d’une bouteille d’eau. Non parce que j’avais zappé ce détail capital pour ma survie lors de ma première sortie running. Erreur qui a failli me coûter la déshydratation.

Avant de venir m’installer à Bangkok, je courais beaucoup en France, dans les parcs, dans la rue… J’ai vite compris que les rues ici ne sont pas le meilleur endroit pour faire du running : grosses artères à quatre voies souvent (toujours en fait) embouteillées et bruyantes, et on attend souvent dix bonnes minutes pour traverser un passage piéton. D’ailleurs ici le piéton n’est pas roi, mais la voiture règne en maître dans le paysage urbain.

À Bangkok, on trouve deux parcs principaux, le parc Lumpini (près de la station de MRT Lumpini) et celui de Benjakitti (dans le quartier de Sukhumvit, près du BTS Asoke). Le Lumpini est le plus grand parc de Bangkok. Il s’étale sur 57,6 hectares et se situe dans le quartier des affaires à Sathorn, juste à coté du Sofitel. Il a plusieurs lacs, des pédalos qu’on peut louer, des coins muscu en plein air, une salle de sport (à 1 euro l’année) et une piscine. On peut même y observer des varans malais (oui, oui). Le parc est plutôt bien équipé, on y trouve des toilettes au quatre coins du parc, des douches et des vestiaires où on peut y déposer ses affaires contre quelques baths. Fort pratique quand on sort du boulot et qu’on n’a pas le temps de repasser chez soi pour se changer. Vous trouverez aussi des stands qui vendent de quoi se désaltérer et des snacks à se mettre sous la dent. Et les traditionnels stands de street food aux entrées principales du parc.

Entre 6h et 7h, on y voit les thaïlandais faire leur séance quotidienne de tai-chi et à 18h, une autre partie de la population thaïlandaise, pus jeune, y suivre des cours d’aérobic en plein air.

À 8h et 18h pétantes retentit l’hymne national thaïlandais. C’est le moment où tout le monde s’arrête et se fige sur place, peu importe qu’on soit en train de tirer un sprint ou d’avoir un coup de fil de la plus haute urgence ; tout le monde est prié de s’arrêter, par respect pour la patrie et la monarchie royale. C’est un peu surprenant au début, mais on s’y fait. L’hymne retentit aussi dans les stations de BTS et de MRT, aux mêmes heures.

 

Le parc Lumpini

En général, les parcs ouvrent à 5h et ferment à 21h. À noter : vous pouvez louer un vélo au parc de Benjakitti pour 50 baths de l’heure.

 

 

Les salles de sport

À Bangkok on trouve aussi une multiplicité de salles de sport comme dans le reste du monde, avec des chaînes comme Fitness First, Virgin Active, Anytime Fitness et plus récemment Jetts Fitness, qui quadrillent tous les quartiers de la ville. On trouve des salles de sport indépendantes comme l’Aspire Club à Asoke. Pour ces salles bien équipées en matériel, les abonnements varient entre 40€ et 70€ (c’est un budget). Pour l’instant, j’ai trouvé que le meilleur rapport qualité-prix restait Jetts Fitness, avec un abonnement sans engagement qui démarre à 1,500 baht par mois (39€). On retrouve là la flexibilité des salles de sport à l’australienne qui vient progressivement s’exporter dans les pays voisins. Et pour le plus grand choix de nous, consommateurs :). Dans un autre style, Aspire Club propose des séances de cross-training sur les toits de sa salle ! Sympa pour se dépasser et avoir une séance complète.

L’avantage des salles de sport ici, c’est qu’on peut se dépenser dans une salle climatisée, sans risquer de suffoquer sous la chaleur ou de mourir de déshydratation. Après quand on aime courir en plein air comme moi, j’avoue qu’il faut faire des concessions sur ce point là – ou alors, aller courir très tôt à 5h ou 6h du matin, ou plus tard une fois la nuit tombée.

L’Aspire Club qui propose des séances de Crossfit sur son rooftop. Crédits : theaspireclub.com

 

La salle de sport et la piscine du Parc Lumpini

Pour les budgets plus serrés – comme le mien quand j’étais en stage – la salle de sport climatisée du Parc Lumpini est à 1€ l’abonnement annuel. Elle propose même l’accès à une piscine. Le secret d’un tel prix ? Les horaires, qui sont assez restreintes : contrairement à une salle de sport privée, la salle du Parc Lumpini n’ouvre qu’ à partir de 8h30 et ferme à 19h30. Elle ferme aussi de 11h30 à 14h30… Mais à 1€, ça vaut le coup. Bonus exclusif : vous aurez le privilège d’être complètement immergé parmi une population de thaïlandais et qui ne manqueront pas de s’étonner de votre présence occidentale sur les lieux. Immersion locale garantie 😆.

Plus haut dans l’article, je parlais aussi dune salle de sport en plein air, que je n’ai pas osé fréquenter étant donné le nombre de mâles et de testostérone concentrés au mètre carré. Ils s’entraînent à la dure, leur abdos (ou absence d’abdos) suintant sous l’effort et la chaleur. Le plus intriguant, ce sont surtout les machines sur lesquelles ils s’entrainent. Elles sont fabriqués »maison », les barres d’haltères sont faites avec des tuyaux en ferraille, des pneus et des disques rouillés, mais ça à l’air de marcher pour eux. Pas besoin de gros matériel pour s’entrainer :). Franchement ça vaut le détour!
 

Ma carte d’abonnée toute en thaï 🙂