Mes Voyages, Thaïlande

Vie d’expat : Les clichés entendus depuis que je vis en Thaïlande

Expat en Thaïlande

Quand je rentre en France, j’ai le droit à des remarques 100% clichés qui ne manquent pas de m’amuser. Ce qui me frappe, c’est que tous ces commentaires témoignent de forts imaginaires associés à la Thaïlande et sur ce qu’est la vie d’expat ici. Alors, je me suis dis qu’un article qui met au clair ces stéréotypes ne ferait pas de mal !

 

“Bah comment ça se fait que t’es pas bronzée ?”

Peut-être parce que je travaille dans un bureau et pas sous les cocotiers ou sur un transat les pieds en éventail. Je vais peut-être casser un mythe : je travaille dans un bureau tous les jours de la semaine. De ce point de vue là, c’est un peu comme en France. Je reconnais que c’est moins exotique que les cocotiers ! Non ce qu’il y a d’exotique en revanche, c’est que je travaille avec des collègues thaïlandais, et que je suis la seule occidentale. Bon, avec mon boss, ça fait deux occidentaux.  🙂

“Tu dois être en vacances tout le temps!”

Hélas, je n’ai que dix maigres jours de vacances… C’est là que je me suis rendu compte que le système de congés payés français était bien avantageux comparé aux autres pays. D’ailleurs, ici on ne cotise ni pour la retraite, ni pour le chômage, ni pour la sécurité sociale. Tous les mois des taxes sont prélevées sur mon salaire, mais c’est le mystère total quant à savoir ce à quoi elles vont servir !

Expat en Thaïlande

“La nourriture thaïe, c’est healthy, au moins tu ne vas pas prendre de poids. Et puis les Thaïs sont tous minces.”

Bah, comment ça se fait que j’ai pris 3 kilos…? Les thaïlandais sont minces, mais leur métabolisme est différent du nôtre et on n’a pas grandi en mangeant les mêmes types d’aliments. C’est bien connu que les expats ici prennent un peu de poids au début. Entre l’omniprésence des aliments frits (le poulet frit, les fish cakes, les brochettes frites), les plats qui baignent dans l’huile (le pad thai et le fried rice, ainsi que tous les stir-fried) et le riz en moulte quantité. Sans oublier le goût des thaïs pour ajouter du sucre dans tous les plats et pour servir plus de gras que de viande (cf. le Khao Kha Moo). Mais j’admets qu’il y a tout de même la Som Tam (salade de papaye verte) et moulte fruits frais dans les stands de rue pour rattraper toute cette friture et ce gras.

“La Thaïlande, c’est le pays du sourire”.

Là-dessus je vais y aller avec des pincettes, mais je trouve que les thaïs ont perdu leur sourire vrai et authentique… Aujourd’hui il faut aller au Cambodge ou au Myanmar pour retrouver cette générosité des locaux. Oui, les thaïs sont souvent souriants, mais on sent que le tourisme de masse les a affectés dans les grandes villes et sur les îles. Pour beaucoup aujourd’hui, la curiosité autrefois sincère est devenue un sourire intéressé – par l’appât du gain. Mais il reste encore des coins de Thaïlande préservés, comme dans la région de l’Isaan à la frontière du Laos.

“Au moins, il fait chaud chez toi en Thaïlande, ne te plains pas.”

Oui, il fait chaud, mais ne confondons pas chaleur et asphyxie digne d’un four. Parce que marcher 10 minutes dans la rue et transpirer à chaudes gouttes à tel point de ruiner ses t-shirts… ça le fait moyen. Mais heureusement qu’on peut trouver refuge dans sous la clim’ des 7/11.

Bien que certains clichés se révèlent vrais sur place, tels que la forte chaleur, les ladyboys, la prostitution à Soi Cowboy… D’autres s’en voient en partie contredits. La Thaïlande, c’est bien plus que le pad thai ou le tourisme sexuel à Pattaya. C’est aussi plein de restaurants et de rooftops, des gratte-ciels, de la cuisine de rue bonne et pas chère, un peuple qui fait des offrandes aux autels bouddhistes sur les trottoirs, et des moines qui font l’aumône pieds nus se mêlant au tumulte de la ville.

Vous l’aurez compris, Bangkok est une ville de contrastes, entre modernité et tradition. Et j’ai aussi listé des trucs rigolos qu’on ne voit qu’en Thaïlande ici !