Mes Voyages, Thaïlande

Thaïlande – L’île de Koh Chang (2/2)

Koh Chang, 6h du matin. Réveillée par des rafales de vent et la pluie qui s’abattent sur mon bungalow. Cette deuxième journée à Koh Chang s’annonce bien !

Au programme, j’avais prévu d’aller explorer l’île en scooter. Du coup, je prie pour que ce ne soit qu’une petite averse. Je me suis rendormie jusqu’à ce que le temps se dégage, et là ô miracle, grand soleil et ciel dégagé.
 

D’est en ouest : de Lonely Beach à Long Beach

Je commence par explorer Lonely Beach, au sud-est de l’île, une longue étendue de plage bordée de bars, de bungalows et de resorts. La plage est plutôt agréable et la mer d’un bleu transparent. Ce matin, il y a 2-3 touristes qui flânent au soleil, mais la plage reste quand même assez calme. J’en profite pour faire quelques photos, bien qu’un monsieur était en train de monopoliser le paysage avec son selfie stick…
 

Koh Chang

Puis direction le nord de l’île, avec une halte à Khlong Phlu Waterfall, située dans le Parc national de Koh Chang. On y accède en marchant pendant environ 15 minutes sur un sentier relativement bien balisé. Les cascades sont jolies oui, mais il y avait beaucoup trop de monde ! Touristes thaïs et occidentaux, tous se sont donné le mot. J’ai loupé mon coup, il semble que ce soit la waterfall la plus touristique de l’île…

Comme vous aussi sûrement, je déteste quand il y a foule alors je suis restée 30 secondes puis je suis repartie aussitôt.

Je remonte sur mon scooter pour atteindre la plage de White Sand Beach, tout au nord de l’île. J’avais lu avant de venir que c’était l’une des plages la plus développée et animée de Koh Chang, avec beaucoup de bars, restaurants et complexes hôteliers. Effectivement. C’est l’une des plus grandes plages aussi, et elle offre de quoi faire de longues balades les pieds au bord de l’eau. Mais je n’ai pas trouvé pas que ce soit la plus intéressante, surtout si vous êtes comme moi, à la recherche de paysages sereins et à essayer d’éviter les endroits touristiques et surpeuplés…

Je reprends la route pour explorer un coin moins touristique et développé, à l’est. J’ai cependant un peu sous-estimé les distances. Traverser l’île d’ouest à l’extrémité sud-est, en scooter, bien que celui-ci soit débridé, c’est un long périple. J’ai mis entre 1h40 et 2h. L’aller seulement. Donc l’aller-retour, on en est presque à 4 heures… Je m’étais donné comme objectif d’atteindre Long Beach. Je voulais le tenir, cet objectif! Alors je suis arrivée en effet, et la plage est encore peu développée. La route qui mène à Long Beach aussi, est en train d’être construite. Je pense que d’ici 2-3 ans, cet endroit ne sera plus le même. Pour le moment, il n’y a qu’un seul resort, le Long Beach Resort. Accessible depuis une route fraîchement bétonnée, mais assez raide toutefois (photo à l’appui ci-dessous) :
 

Koh Chang

 

Fatiguée de la route, et appréhendant ce qui me reste à conduire à la tombée de la nuit, je reprends des forces au bar du Long Beach resort. Un peu cher et la gérant n’est pas très avenant, il avait une tête de mafieux mais la vue de la plage et des îles à l »horizon me fait passer outre. Et puis, je suis tellement déshydratée que peu m’importe que le gérant du restaurant soit accueillant ou pas. J’ai soif, c’est tout! À Long Beach aussi, le téléphone ne capte pas le réseau. Oh allez, ça fait du bien une petite pause. Du coup j’ai en profité pour méditer. Non en fait je n’y arrivais pas, du coup j’ai préféré écrire dans mon carnet.

 

4 heures de scooter aller-retour

 
Le trajet du retour a semblé plus long, j’ai mis près de 2 heures pour rentrer sur Lonely Beach. Je l’ai fait de nuit, sur des routes peu – même pas du tout éclairées – sinueuses et raides. Je me suis sentie seule à cet instant précis. Mais dans ces moments là, comme on sait qu’on ne peut compter que sur soi-même, on ne se pose pas de question et on y va.

Après avoir franchi tous ces kilomètres en une journée, j’étais happy de retrouver mon bungalow tout mignon. Sauf que, surprise, une grosse blatte a décidé de loger juste à côté de mon lit. Difficile d’ignorer cette bestiole qui est juste ÉNORME. Alors je me suis enroulée dans la moustiquaire, en pensant que comme ça, elle ne monterait pas sur moi pendant la nuit. Efficace ? Je ne sais pas, mais j’ai dormi comme un bébé !