Développement personnel, Thaïlande

Comment je me suis mise à la méditation

Cela fait un moment que j’en entends parler et que l’idée me trotte dans la tête. Que j’ai commencé à lire des bouquins sur le sujet mais que je n’ai jamais vraiment sauté le pas. Car la méditation, beaucoup de gens en parlent, mais peu la pratiquent ! Maintenant que je vis en Thaïlande, je suis encore plus tentée de m’y mettre sérieusement.

 

Pourquoi la méditation ?

Pour plein de raisons. Apprendre à gérer mon stress et mes émotions, apprendre à exister en « pleine conscience » au quotidien, à vivre l’instant présent et être plus présente au monde qui m’entoure…

Dans un pays à majorité bouddhiste comme la Thaïlande, les cours et retraites de méditation se trouvent facilement ! Autant à Bangkok, qu’à Chiang Mai, que dans des temples bouddhistes au nord du pays. Moi je suis sur Bangkok, et pour l’instant je vais à la séance « Meditate with a monk » vers Ekkamai tous les lundis après le boulot. Enfin j’essaie. Car il m’arrive de finir tard / d’avoir la flemme / d’avoir faim. Bref, de me faire rattraper par le quotidien. Justement quand on repousse la pratique de la méditation et qu’on se dit qu’on n’a pas le temps, c’est justement là où on en a le plus besoin.

Les débuts

Ce qui m’a aidé à m’y mettre, c’est l’appli Petit Bambou, que je trouve plutôt bien faite. Elle offre 8 séances méditation de 10 minutes – gratuites – puis devient payante pour passer au niveau supérieur. L’appli est vraiment de bonne qualité et je me tâte à acheter le pack !

Pour ce qui est des bases de la méditation, le livre de Christophe André, Méditer jour après jour (CD intégré, à la old school), m’a éclairé sur l’état d’esprit à adopter. Je ne l’ai toujours pas terminé et celui-ci me fait de l’œil sur ma table de chevet… Mais pour ma gouverne j’écoute davantage les sessions audios de méditation guidée. On trouve pas mal de sessions de méditation sur YouTube aussi, par Christophe André (ici par exemple) et Fabrice Midal (ou encore ici) entre autres.

Plus qu’une simple technique, une manière d’être

Au fil de mes lectures et de ma pratique (bien que celle-ci soit encore sporadique), je me suis rendu compte qu’on se trompe souvent sur la méditation. On la voit souvent comme une technique, un outil pour obtenir quelque chose. Mais c’est plus profond que ça, c’est une manière d’être au monde et d’exister :).

On a aussi tendance à penser que quand on médite, on ne pense plus, on fait le vide dans sa tête, ou on est dans un état de calme… Mais méditer, c’est simplement être. Être soi pleinement, tel qu’on est. Être et accueillir ses pensées comme elles viennent, sans les juger et avec bienveillance. Au début, j’avais l’impression de ne « pas réussir » à méditer, mais on m’a dit qu’il n’est pas question de réussir ou de rater la pratique. Il n’y a pas cette notion de performance dans la méditation. Pas de pression, que de la bienveillance – c’est ça que j’apprécie !

Se recentrer sur le moment présent

J’ai tendance à beaucoup anticiper ce qui va venir, à penser aux évènements passés, aux décisions que j’aurais pu mieux prendre… À n’être jamais satisfaite, à me poser dix mille questions, à me projeter vers l’après. La méditation, ça m’oblige à me recentrer sur le moment présent. Mais c’est pas chose aisée ! Méditer, ça semble à la fois si facile, mais en même temps si difficile. Prendre ce temps pour soi, pour accueillir ses pensées, ces émotions, dans une société qui va à 200 à l’heure et qui nous demande d’être toujours plus performant…

Pour résumer, Fabrice Midal nous rappelle que la méditation n’est pas un « instrument de gestion » de notre mal-être ou stress, mais « une manière d’exister pleinement au quotidien, réconcilié avec soi-même, corps et esprit, et avec les autres, dans un rapport de bienveillance ».
 

N’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de la méditation en commentaires ! C’est un sujet qui vous intéresse ? Vous avez déjà essayé ou ça vous semble seulement réservé à une élite de moines bouddhistes ? 🙂